vendredi 28 mai 2010

Déportés de Haute-Marne (G)



Raoul Gauthier, agriculteur à Daillancourt, exécuté à Breslau.

GADDI Marius (Saint-Dizier 12 juin 1913 ou 1922 selon M. Henriot - Langenstein 7 avril 1945). Lamineur, travailleur en Allemagne, il est arrêté en septembre 1944 et déporté à Buchenwald (matricule 76 545).

GAGA Edmond (Rosières-aux-Salines, Meurthe-et-Moselle 18 octobre 1896). Arrêté le 10 septembre 1942 à Longeau par les gendarmes, pour « port d’un chargeur de cinq cartouches », emprisonné à Nancy, à Châlons, interné à Compiègne, il est déporté le 27 avril 1943 à Sachsenhausen, puis à Dachau. Rentré.

GARET Marceau (Valcourt 22 octobre 1921). Arrêté sur le territoire du 3e Reich, il est déporté à Dachau (matricule 84 274). Rentré.

GARNIER Gustave (Riaucourt 17 janvier 1897 – Langenstein 5 avril 1945). Il est déporté à Sachsenhausen, à Buchenwald (matricule 75 434).

GAUCHEROT Victor (Allichamps 5 mars 1901 – Dachau 13 février 1945). Interné à Compiègne, il est déporté le 18 juin 1944 à Dachau (matricule 72 591).

GAUDILLOT Yvette épouse Kalinowski (Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire 11 décembre 1922). Membre d'un groupe de résistance de Saône-et-Loire, institutrice suppléante à Orbigny-au-Val, en 1943-44, elle est arrêtée par la Gestapo le 4 mars 1944, emprisonnée à Chaumont, déportée à Ravensbrück. Rentrée en mai 1945.

GAUDRY Albert (Saint-Antonin, Bouches-du-Rhône 8 juin 1903). Domicilié à Chaumont où il est masseur médical, résistant, il est arrêté sur dénonciation, emprisonné à Chaumont et interné à Compiègne. Déporté le 3 septembre 1943 à Buchenwald, il s'évade le même jour, en cours de trajet, à Peltre (Moselle).

GAUTHIER Raoul (Daillancourt 11 avril 1911 - Breslau 14 septembre 1944). Agriculteur à Daillancourt, il y est arrêté le 25 novembre 1942 pour détention d'un fusil de chasse. Emprisonné à Chaumont, transféré le 20 décembre à la prison du Cherche-Midi, il est déporté le 22 janvier 1943 à Breslau, où il est exécuté.

GAZELOT Pierre (Bar-le-Duc, Meuse 30 août 1913 - Auschwitz 15 décembre 1942). Marié et père de famille, domicilié à Saint-Dizier, employé à l'hôpital psychiatrique, il est arrêté le 12 août 1941 à Saint-Dizier. Emprisonné à Chaumont, interné à Compiègne, il est déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz (matricule 45 584), où il est battu à mort par un kapo.

GEHAND Gabrielle (Nogent 7 juillet 1901). Déportée de Paris à Ravensbrück le 18 avril 1944, elle est libérée le 5 mai 1945 à Holleischen.

GENEIX Robert (Saint-Dizier 14 janvier 1920 – Dachau 21 novembre 1944). Il ne figure pas sur le livre-mémorial de la FMD. Il s'agit sans doute de « Jacques », radio de l’aviation coloniale, parachuté en France le 13 novembre 1943 de Londres pour le Service de renseignements air de la région Laon. Ce radio se porte sur la Lorraine, est arrêté le 1er septembre 1944, torturé, fusillé quelques jours après à Schirmeck.

GENTIL Edmond (Roches-sur-Rognon 25 juin 1894 - Auschwitz 15 septembre 1942). Marié et père de famille, domicilié à Joinville, ouvrier à Bussy, il est arrêté à Joinville le 23 juin 1941. Emprisonné à Chaumont, interné à Compiègne, il est déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz (matricule 45 389).

GEORGES Lucien (Sommevoire, 25 mars 1902 - Gusen 3 février 1944). Marié et père de quatre enfants, domicilié à Sommevoire, mouleur à l'usine Durenne, il est dénoncé et arrêté dans la nuit du 8 au 9 février 1943 à son domicile par les feldgendarmes. Emprisonné à Chaumont, transféré le 5 mars à Compiègne, il est déporté le 16 avril 1943 à Mauthausen (matricule 26 808), puis à Gusen (kommando Styer). Admis à l'infirmerie du camp vers octobre 1943, il décède.

GERARD Henri (Nogent 19 décembre 1920). Réfractaire au STO, recherché, réfugié dans la Drôme, il est arrêté à Barsac (Drôme) fin 1943. Conduit à Lyon, interné à Compiègne, il est déporté le 22 janvier 1944 à Buchenwald (matricule 43 151), Affecté à Dora (février 1944), travaillant dans un tunnel à la construction d'un V2, il rentre à Nogent le 21 juin 1945.

GERARD Roger (Pont-à-Mousson, Meurthe-et-Moselle 21 avril 1912 – Hartheim 19 octobre 1944). Quincaillier à Poissons, mobilisé en 1939, passé en Suisse, il est rapatrié en février 1941 à Lys-Saint-Georges (Nièvre). Arrêté le 4 mars 1943, interné à Compiègne, il est déporté le 16 avril 1943 à Mauthausen (matricule 26 930). Affecté à Gusen, il est gazé...

GERAUDEL Jules (Poulangy 27 mars 1909 – Magdebourg 11 avril 1945). Interné à Compiègne, il est déporté le 22 janvier 1944 à Buchenwald (matricule 42 459).

GERMON Marcel. Domicilié à Melay, arrêté le 13 avril 1944 pour détention d'un fusil, il aurait été déporté (le livre-mémorial de la FMD ne le mentionne pas).

GIGANDET André (Saint-Dizier 11 février 1890 – Dachau 18 février 1945). Ancien combattant 14-18, marié et père de famille, domicilié à Saint-Dizier, ce conseiller municipal est arrêté à son domicile le 19 mai 1944. Interné à Compiègne, il est déporté le 18 juin à Dachau (matricule 74 346).

GILLET Roger (Mirbel 20 mars 1920). Célibataire, représentant en voitures dans l'Yonne, puis employé chez un marchand de bestiaux à Brethenay, il est arrêté le 4 mars 1943 et aurait été déporté à Oranienburg, d’où il ne revient pas (ne figure pas sur le Mémorial de la FMD).

GILLOT Georges (Breuvannes 17 mai 1891 - Buchenwald 18 janvier 1945). Il est déporté le 30 juillet 1944 de Toulouse à Buchenwald (matricule 69 915).

GILLOT René (Varennes-sur-Amance 18 mars 1922). Employé SNCF à la gare de l'Est, marié et père d'un enfant, membre de « Résistance-Fer », il est requis pour travailler avec la Reichbahn. En mars 1944, au cours d'une permission à Paris, il est arrêté (accusé d'avoir fait évader des prisonniers français et belges). Condamné par le tribunal militaire allemand, il est déporté à Dachau (matricule 113 310) le 14 mai 1944. Atteint du typhus, de la dysenterie, sous-alimenté, il est libéré par les Américains le 29 avril 1945 à Dachau.

GIRARDIN Gaston (Bologne 19 septembre 1918 - Neuengamme 6 novembre 1944). Marin, démobilisé en 1942, il rejoint Voillecomte où habitent ses parents. Résistant, il est arrêté par les feldgendarmes dans la nuit du 5 au 6 août 1944. Interrogé à Saint-Dizier, emprisonné à Langres, dirigé de Chaumont à Belfort le 27, il est déporté le 29 août 1944 à Neuengamme.

GIRARDOT Bernard (Orbigny-sur-Varennes 10 février 1925 – sanatorium de Bir-Hakeim 14 juin 1945). Arrêté sur le territoire du 3e Reich, il est déporté à Dachau (matricule 49 492).

GIROUX Henri (Wassy 19 mars 1899 - Flossenburg 31 octobre 1944). Marié, domicilié à Châlons (Marne), membre du BOA, il est arrêté par la Gestapo de Châlons le 17 janvier 1944. Emprisonné à Châlons, interné à Compiègne le 7 avril, il est déporté par le convoi des Tatoués le 27 avril à Auschwitz (matricule 185 671) puis à Buchenwald puis à Flossenburg.

GIRVAL (de) Félix (Langres 25 mars 1920 - Dora 26 décembre 1943). Fils de Charles, il est arrêté à la frontière franco-espagnole. Interné à Compiègne, il est déporté le 3 septembre 1943 à Buchenwald (matricule 20 738). Mort d’épuisement au tunnel de Dora.

GIUDICE Jules (Annéville-la-Prairie 28 novembre 1925 – Gusen 12 janvier 1944). Célibataire, domicilié à Annéville, il travaille en Allemagne dans le cadre de la relève. Ayant refusé de repartir à l'issue d'une permission, il est arrêté, emprisonné à Chaumont, interné à Compiègne, et déporté le 16 avril 1943 à Mauthausen (matricule 26 802), où il meurt du typhus.

GLOUTIER Pierre (Chaumont 2 juin 1897). Fils de boulanger, il est déporté le 11 février 1944, Stuthof., Vaihingen. Evadé le 18 avril 1945, il décède à Carpentras en 1973.

GOLDENBERG Laure née Lévy (Strasbourg 20 juin 1884 - Auschwitz). Domiciliée à Vraincourt, internée à Drancy, elle est déportée à Auschwitz le 7 décembre 1943 (convoi 64).

GOLDSCHMIDT Hartwing (Lübeck, Allemagne 27 novembre 1892 - Auschwitz 12 août 1942). Hôtelier en Belgique, arrêté et interné au camp de Savigny (Haute-Savoie), il s'évade et prend le train pour retourner en Belgique. Arrêté en gare de Joinville le 18 mars 1942 avec son camarade d'évasion Sturm, emprisonné à Chaumont, interné à Compiègne, il est déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz (matricule 46 277).

GOURLIN Raymond (Chaumont 24 janvier 1925). Réfractaire au STO, membre du maquis de Leffonds (son frère tombera le 30 juin à Voisines), il est capturé le 16 juin 1944. Emprisonné à Langres, il quitte Chaumont pour Belfort le 27 août 1944, puis déporté le 29 à Neuengamme (matricule 43 948), où il est affecté au kommando de Wilhelmshaven. Il est libéré le 3 mai 1945 à Flensburg, ne pesant que 28 kg à son retour.

GOUSTIAUX Ernest (Gurgy-le-Château, Côte-d'Or 19 novembre 1900). Marié, père de famille, domicilié à Voisey, il est arrêté à son domicile le 4 avril 1944. Emprisonné à Chaumont, à Châlons, il est déporté fin août 1944. A Nancy, il monte dans un train qui le conduit finalement à Aschaffenburg, où il va travailler dans une usine. Rentre à Voisey le 28 avril 1945.

GOUSTIAUX Jacqueline (Echevannes, Côte-d'Or 7 janvier 1927). Domiciliée à Voisey, résistante, elle est arrêtée sur dénonciation le 4 avril 1944 par la Gestapo à son domicile. Emprisonnée à Chaumont, à Dijon, au Fort de Romainville, elle quitte Paris-Est pour Sarrebrück où elle arrive le 4 juillet 1944, puis déportée à Ravensbrück (matricule 47 150) et affectée au kommando de Neubrandenbourg. Grièvement blessée aux membres, elle n'est pas évacuée et est prise en charge le 28 avril 1945 par la Croix-Rouge. Rentre à Voisey, via Lûbeck et Trelleborg (Suède), le 27 juillet 1945.

GOUVERNAL Fernande (Wassy 21 avril 1921). Internée à Compiègne, elle est déportée le 31 janvier 1944 à Ravensbrück (matricule 27 159). Rentrée.

GRANDCOLAS Henri (Wassy 23 septembre 1907 – en déportation). Marié, père de famille, domicilié à Magneux, chef d’équipe dans une usine à Wassy, ce responsable du groupe de résistants de Magneux est arrêté à son domicile le 6 août 1944. Interrogé à la feldgendarmerie de Saint-Dizier, emprisonné à Langres, transféré le 27 août à la gare de Chaumont puis à Belfort, il est déporté le 29 à Neuengamme et affecté à Wilhelmshaven. Il serait mort en baie de Lübeck.

GRANDGERARD Maxime (Neuvelle-lès-Voisey, 25 mars 1885 - Melk 1er novembre 1944). Veuf, domicilié à Neuvelle, retraité, il est arrêté à son domicile le 13 avril 1944 pour « détention d’arme ». Emprisonné à Chaumont puis à Châlons-en-Champagne, il arrive à Natzweiler le 24 août 1944.

GREILSAMMER Jeanne née Lévy (Biesheim, Haut-Rhin 1er juillet 1880 – Auschwitz février 1944). Domiciliée à Saint-Dizier, elle est arrêtée le 27 janvier 1944, emprisonnée à Châlons, internée à Drancy, puis déportée à Auschwitz le 10 février par le convoi 68.

GREILSAMMER Paul (Fribourg 21 février 1906). Domicilié à Saint-Dizier, il est arrêté le 27 janvier 1944, emprisonné à Châlons, interné à Drancy, et déporté le 10 février 1944 (convoi 68) à Auschwitz. Mais au lieu d'être dirigé vers les chambres à gaz, il est désigné pour Auschwitz III. C'est un des rares rescapés du camp, qui est libéré le 29 janvier 1945.

GRIMLER Robert (Bourbonne 11 mai 1924). Arrêté le 9 décembre 1943 à la suite de sabotages à Belle-Isle-en-Mer (Morbihan), il est déporté le 20 mars 1944, successivement à Karlsruhe, Kislau, Kaisheim et Aichach, où il est libéré le 30 avril 1945.

GRUNDLAND Ruben (Varsovie, Pologne 16 juillet 1904 - Auschwitz). Domicilié à Langres, il est arrêté le 20 juillet 1942. Le 27, il est déporté à Auschwitz (convoi 11).

GUEMIN Maurice (Villiers-sur-Marne 9 juillet 1922). Interné à Compiègne, il est déporté le 20 avril 1943 à Mauthausen (matricule 28 122). Rentré.

GUENIN Henri (Doulevant-le-Château 13 mai 1907 - Flossenburg 23 octobre 1944). Garagiste, chef départemental du BOA dans l'Aube, il est arrêté le 26 mai 1944 à La Loge-Bailly. Interné à Compiègne, il est déporté le 2 juillet 1944 à Dachau (matricule 76 908). Sources complémentaires : Onac 10.

GUIDEZ Blanche (Rimaucourt 7 mai 1924). Déportée de la gare de l’Est à Sarrebrück le 18 juillet 1944, puis à Ravensbrück (matricule 47 352), elle est libérée le 9 avril 1945.

GUIDEZ Noëlle (Rimaucourt 7 février 1923). Déportée de la gare de l’Est à Sarrebrück le 18 juillet 1944, puis à Ravensbrück (matricule 47 353), elle est libérée.

GUIGNARD André (Toulouse, Haute-Garonne 2 mars 1912). Marié à Chaumont en 1935, comptable aux Ets Tréfousse, il est mobilisé en 1940 en dépit d'une maladie. Directeur du bureau artisanal des matières, il est nommé chef du secteur des FFI du secteur Est de Chaumont ("lieutenant Dédé") où il se distingue par son audace. Arrêté le 24 août 1944 près d'Auberive, il est depuis porté disparu. A-t-il ensuite été exécuté ? Etait-il dans le train qui a emmené les prisonniers de Langres et de Chaumont, le 27 août, en direction de Belfort puis de Neuengamme ? A la différence de son camarade Marc Bongrain, le livre-mémorial de la FMD ne le mentionne pas.

GUILBERT André (Bourges, Cher 30 mai 1921 - Buchenwald 18 mai 1944). Radio du BOA, il arrive en Haute-Marne à la fin de l’été 1943 et permet le premier parachutage d'armes dans le département, à Giey-sur-Aujon. Arrêté le 26 octobre 1943 à Chaumont, emprisonné au Val-Barizien puis à Châlons, interné à Compiègne, il est déporté le 17 janvier 1944 à Buchenwald (matricule 40 599).

GUILLAUME Simone née Baron (Chalindrey 4 juin 1921). Elle est déportée le 13 mai 1944 de Paris à Ravensbrück (matricule 38 881), puis à Zwodau. Rentrée.

GUILLEMY Marcel (Chaumont 14 avril 1924). Employé à la préfecture, membre du réseau « Manipule », il est arrêté le 26 octobre 1943. Emprisonné à Chaumont pendant 55 jours, puis à Châlons pendant douze jours, interné à Compiègne, il est déporté le 17 janvier 1944 à Buchenwald (matricule 40 932), puis à Bergen-Belsen. Rentre à Chaumont fin avril 1945.

GUIRAUD René J. Citoyen américain originaire de Cicero (Illinois), lieutenant de l’OSS, chef de la mission Glover parachutée dans la nuit du 1er au 2 juin 1944 à Leffonds, il est capturé le 27 juin 1944 à Langres, où il est emprisonné. Déporté à Dachau, il est le seul prisonnier de guerre américain libéré le 29 avril 1945 par ses compatriotes.

GUISGAND Jeanne née Dublon (Suippes, Marne 24 juin 1893 – Auschwitz février 1944). Domiciliée à Saint-Dizier, elle est arrêtée le 27 janvier 1944, emprisonnée à Châlons, internée à Drancy, et déportée le 10 février à Auschwitz (convoi 68).

GUYOT Louis, Marcel, René (Chaumont 12 novembre 1921). Célibataire, employé aux forges de Bologne, domicilié à Meures, il est requis pour travailler en Allemagne. Arrêté le 29 décembre 1942 à Chemnitz pour « refus de travail », il est déporté à Buchenwald. Rentre de déportation le 22 mai 1945.

GUYOT Paul (Langres 28 janvier 1895 - Haslach 8 janvier 1945). Déporté le 17 novembre 1944 de Belfort, il arrive à Gaggenau le 18 puis à Schirmeck, toujours en novembre.

GUYOT Roger (Thonnance-lès-Joinville 28 août 1910). Marié, domicilié à Joinville où il est ouvrier, il est arrêté à son poste de travail le 23 juin 1941 par la Gestapo. Emprisonné à Chaumont, interné à Compiègne à compter du 27 juin, il est déporté le 24 janvier 1943 à Sachsenhausen, puis à Buchenwald (janvier 1945), puis à Dora. Rentre à Joinville en mai 1945.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire