jeudi 19 janvier 2012

15 septembre 1944 : deux Algériens meurent à Pressigny



Des zouaves de la 1ère DB à Fayl-Billot (collection CM 52).

Le 15 septembre 1944, alors que le département de la Haute-Marne est quasiment libéré, le capitaine Peix, de l'escadron hors rang du 5e régiment de chasseurs d'Afrique (RCA), rédige un rapport sur ce qu'il convient d'appeler « l'affaire de Pressigny ».

Pour situer ce combat dans son contexte, signalons qu'à partir du 12 septembre 1944, l'armée française du général de Lattre, débarquée en Provence, a fait son entrée dans le Sud du département. Si Langres a été libérée le lendemain , en grande partie par la 1ère division blindée, dont fait partie le 5e RCA, cette grande unité s'est employée, les 14 et 15, à nettoyer une poche de résistance allemande située à l'extrémité Sud-Est de la Haute-Marne, dans la région de Fayl-Billot. A Belmont, notamment, plus de 200 soldats allemands sont capturés. Ces deux jours de combat auront coûté à ce régiment de chars un tué (le maréchal des logis-chef Guy Dallé, né en 1919 à Tourcoing, tué le 14 septembre à Belmont d'une balle au cou) et trois blessés. Ne sont pas comptées dans ce bilan les victimes du combat de Pressigny, dont voici la teneur, selon le rapport du capitaine Peix.

Désireux de capturer deux soldats allemands signalés dans un bois par un habitant, le long de la route de Pressigny à Poinson-lès-Fayl (canton de Fayl-Billot), le capitaine Peix dirige sur les lieux deux patrouilles à pied. Mais le bois est en fait infesté de très nombreux soldats ennemis appuyés par des mitrailleuses. Le combat qui s'engage alors tourne au désavantage des chasseurs d'Afrique : la patrouille de l'adjudant-chef Constans est capturée, celle du lieutenant Tahar Soukehal subit de lourdes pertes.
De son côté, Peix parvient à capturer trois Allemands, qui informent l'état-major français de la présence de quelque 400 de leurs compatriotes dans le bois. Le nettoyage de celui-ci est alors décidé et confié à des tank-destroyers et à des FFI appartenant, peut-être, au 1er bataillon du Charolais, mis sur pied en Saône-et-Loire.

Pour les deux patrouilles, le bilan est lourd, puisque deux chasseurs ont été tués : le lieutenant Soukehal et le soldat Ziane (enterrés le 16 septembre à Pressigny), quatre prisonniers (dont l'adjudant-chef Constans) et deux blessés. A noter que quatre chasseurs capturés ont pu rapidement fausser compagnie à leurs geôliers.
Trois jours plus tard, le 5e RCA quittait la Haute-Marne pour opérer en Haute-Saône puis dans les Vosges.

Note : cet article est paru dans le numéro 35 de « Dossier 52 » (août-décembre 2003). En guise de complément, signalons que les deux militaires du 5e RCA tombés à Pressigny correspondent au lieutenant Tahar ben Ahmed Soukehal, né en 1910 à Penthièvre, et au chasseur Araibia Ziana, né en 1918 à Oular ouled Antare Boghari, tous deux morts le 15 septembre. Par ailleurs, selon le site "Mémoire des hommes“, le régiment déplore également la mort de Naod Negbil, né en 1915 à Ouled el Chouin, décédé ce même jour à Pressigny des suites de blessures. Le site indique encore que Said Laatit, de la 82e compagnie de transmission, est mort le 15 septembre 1944 à Fayl-Billot des suites de blessures, et que le chasseur Robert Dandieu, né en 1920 à Bordeaux, toujours du 5e RCA, a trouvé la mort le 18 septembre à Frettes... Hommage à ces libérateurs venus d'Afrique du Nord.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire